Vero concert recadree

COMPOSITIONS SOLITAIRES

Concert en solitaire
Rendez-vous à l’embarcadère

Mon chemin d’artiste a commencé avec des chansons, les miennes et un album “Des matins comme ça”.

Sur le chemin, d’autres sentiers, d’autres aventures artistiques, d’autres artistes à rencontrer, d’autres occasions d’écrire et de composer

Et puis un jour,  le stylo s’emballe et  les chansons ressurgissent.
Au milieu d’une diversité artistique qui m’est devenue familière au fil des années, je prends le temps, le risque, d’une traversée en solitaire.
Dans une forme intime, tout près du public.

C’est avec un grand plaisir que je viens partager ces nouvelles chansons, chez vous : appartement, maison, château ... ou bien bateau !

A bientôt sur les flots.

 4bulle  article midi libre
 5bulle Si vous pouvez recevoir un minimum de 20 personnes, en intérieur ou à l’extérieur, vous pouvez m’accueillir pour ce concert solo.
Je suis autonome techniquement.
N’hésitez pas à me contacter.

 

 

  "Pince me pince moi" (guitares V. Merveille/Jean Hugues Heim)

  "Avant que d'être vieille" (guitare Jean Hugues Heim)

  "C'est léger" (guitare V. Merveille)


 Morceaux extraits de l'album des matins comme ça.

"Baume à l'âme" : V.M/V.M - Maurice Reverdy

"Les cookies de Kim" : V.M/V.M - Christian Lachenal

 "Matin grise mine" : V.M - Maurice Reverdy /V.M - M.R

 "Les 5 cinq sens" : V.M/ V.M - Christian Lachenal

 "Dans ma veine rock" : Maurice Reverdy

 

Ils ont dit au sujet de l’album « Des matins comme ça » :

La voix est suave et sensuelle, comme le propos. Véronique Merveille chante les petits bonheurs de l’amour quotidien, les fêlures aussi. Son disque a la saveur des produits préparés à la maison. Insidieusement, Véronique Merveille vous ensorcelle, d’autant plus que les arrangements sont écrits et joués tout en finesse. Encore un disque hors- mode, pour des plaisirs hors-pair.

Jacques Bertin - Politis

…Véronique Merveille dont le moelleux sucré de la voix ne vire jamais au caramel, Maurice Reverdy qui enrichit le discours et partage sa « veine rock ». Pas de division sociale du travail ici : ces deux là sont musiciens, auteurs et interprètes, guitaristes et choristes. Et ce premier album, réalisé avec tact par un autre instrumentiste de l’équipe, Christian Lachenal, est un véritable bonheur de fraîcheur, d’équilibre, d’aller-retour entre gravité des sentiments et odeur du café chaud.
La carte du tendre est d’ailleurs foisonnante de traces olfactives, mais aussi de touchers et du gros son du petit cœur qui bat. Les cinq sens, titre d’une des chansons de l’album sont bien comme les cinq doigts de la main.
« Lever le store en bois/puis la lumière rentre/entre ces toits et moi/ si peu de différence/ j’ai le cœur en ardoise/j’abrite des pensées/que je voudrais turquoise/tout au long de l’année/et l’odeur d’un quelqu’un/flotte encore dans la pièce/sous les doigts de mes mains/résonnent les caresses… »
Difficile de faire plus sensuel que ce Matin grise mine.
Du début d’une grande histoire d’amour possible au bonheur de la maternité, Véronique s’émerveille avec ironie et tendresse sur un monde où les couleurs bleu et rose n’auraient pas dit tout à fait leur dernier mot. Salutaire comme un message dans une bouteille et rassurant comme un édredon en vraies plumes.

J.F. Bourgeot – Midi Libre

 

… Des matins comme ça est un disque attachant. Parce qu’il est sensible, généreux, plein de doutes et de peines. Véronique Merveille y parle d’amour, beaucoup, de ces histoires éphémères et de la peur des lendemains. « Matin grise mine/Car mine de rien on s’attache quand même/ les « Je t’aime » en miniature/ laissent aussi des blessures ».
L’album navigue sur la carte du tendre, entre les rencontres et les souvenirs. « Tu joues dans le calendrier/à cache-cache toute l’année/Un jour velours et l’autre non/de longues rives et pas de pont ». Rien de tapageur ni de violent, mais un quotidien doux-amer. Attachant, l’album l’est aussi par son impudeur. A petites touches, Véronique Merveille a construit un disque intime, comme une confession.
On y découvre les lettres qu’elle n’enverra pas « pour ne pas être bête quand tu les recevras », ou les mots qu’elle dit à son enfant qui n’est pas encore là, en regardant son ventre s’arrondir. Puis il y a la voix. Douce, sensuelle, qui sonne parfois comme celle d’Isabelle Mayereau, si parfaitement juste que la chanteuse se paye le luxe d’un titre a capella.

Valérie Lehoux – Chorus

 

Elle chante les nez qui pleure, les « Je t’aime en miniature », les «Matins comme ça », quelque part, du côté de Sanson, entre blues et bossa. Véronique Merveill – qui assura les levers de rideau d’Isabelle Mayereau, de David Koven, de Colette Magny, de Pauline Ester – bref, qui connaît son affaire, navigue maintenant en solitaire. Et, de bulles de funk en piano-voix, impose son style (limpide), un ton (celui de la confidence), malgré des textes qu’on rêverait parfois plus dingues ou plus intenses.

Sophie Grassin – l’Express

 

… Véronique Merveille n’est pas seulement une charmeuse au délicieux aplomb sur scène. C’est aussi une interprète qui, chose quasi incongrue par les temps qui courent, distille un bonheur simple comme les réveils paresseux et le parfum du café matinal. Dans ce disque, dont elle a écrit la plupart des chansons, rien de déchiré, plutôt des climats amoureux, tendres, « des pensées turquoises ». On s’y tutoie, on chuchote, « on se parle peau à peau ». L’amour n’y fait pas plus mal que « l’empreinte des doigts sur les bras ». Et une future mère s’y confie avec de bien jolis mots : « Comme un moine assis dans le noir, qui contemple la beauté du soir, j’écarquille les yeux devant la dune qui sort de moi… ».
Sachant que le métier de chanteuse n’a épargné aucune de ses rudesses à Véronique Merveille, on peut être séduit par un climat aussi gracieusement et obstinément heureux. Car Véronique Merveille est une de ces interprètes solides qui se font rares sur scène.
Son disque a été enregistré dans un studio de fortune dans les Cévennes, où de vrais amis musiciens lui ont taillé un univers sur mesure.

Valérie Hernandez – La Gazette